Nos amis Béninois arrivent fin septembre !

D’ici là, revivez le séjour de nos élèves en février dernier
lundi 2 avril 2012
par  sorgueadmin
popularité : 4%

02 avril : le compte rendu des élèves est en ligne

Les émotions dès l’arrivée

A Marseille et à Paris, il faisait très froid (- 10°C) et à l’arrivée à Cotonou, en descendant de l’avion, le choc : il faisait 25°c, on s’est aussitôt mis à transpirer. La nuit était déjà tombée, ce qui ajoutait au dépaysement.

L’aéroport était plus petit qu’en France et comme il y avait beaucoup de monde, on s’est bousculé un peu en récupérant nos bagages. Heureusement, les Béninois Martial, Léon, Jude, Gloria et Arouna nous attendaient et ce fut la joie.

JPEG - 19.3 ko

Le déroulement du 1er jour

Après une nuit à Cotonou, nous sommes partis pour Zinvié en bus 20 places, alors que nos bagages étaient transportés dans la « bâchée » de CREDI-ONG. Au début, ce fut la traversée de la grande ville de Cotonou avec ses embouteillages et ses nombreuses motos chargées de passagers, puis la piste de sable rouge pendant plus d’une heure.

A l’arrivée à la ferme du Pantodon, les membres du club Nature nous ont aidés à amener nos bagages jusqu’à la paillote où nous allions dormir.

JPEG - 25.1 ko

Notre premier repas s’est déroulé dehors, sur de belles tables en bois décorées de fleurs d’hibiscus. Le tout au milieu de la végétation luxuriante de bananiers, palmiers … Quel éblouissement !

JPEG - 32.9 ko

L’après-midi, nous avons commencé à découvrir les lieux dans lesquels nous allions vivre.
La zone marécageuse commençait au bord de la paillote et certains d’entre nous ont entendu, la nuit, le cri impressionnant du crocodile.

JPEG - 22.6 ko

Nous avons par la suite visité la pisciculture avec ses étangs et ses bassins. Le plus surprenant, c’était les colonies de tisserins jaunes ou rouges. Ces oiseaux dont les mâles construisent- ou plutôt tissent- de nombreux nids pour séduire les femelles. On les voyait effiler les feuilles de palmiers et partir avec un ruban dans le bec.
Enfin, nous avons rejoint l’observatoire qui domine la réserve : zone de marécage avec sa végétation particulière, dont les « oreilles d’éléphant ».

JPEG - 21.3 ko

Les membres du Club Nature et leurs parents nous ont préparé une soirée d’accueil avec projection d’un diaporama, partage de nourritures et de boissons des deux pays. Nous avons goûté pour la première fois le « bissap », une infusion préparée avec les fleurs d’hibiscus.

Les chantiers

Le premier chantier s’est déroulé à Tanmé. L’objectif était de mettre en place la récolte et le tri des déchets.
Nous y allions à pied.
Nous avons amené les couvercles d’une dizaine de support de poubelles.

JPEG - 23.4 ko
JPEG - 22.7 ko

Il a fallu tailler les piquets pour les supports, puis les planter dans les endroits déterminés.
Nous avons aussi posé les sacs poubelles.
Une grande partie de notre temps fut consacrée au ramassage manuel des déchets. Et il y en avait !
Il fallait, en effet montrer l’exemple et montrer comment cela peut être propre sans détritus, afin d’inciter les villageois à utiliser les poubelles. Beaucoup d’enfants Béninois sont venus travailler avec nous. Nous formions donc de sacrés équipes de collecte.
Nous avons récupéré près de 700 kg de plastique dans plus de 40 sacs. Il y avait aussi un peu de verre. Les piles ont été rassemblées à part.

JPEG - 21.3 ko

Il s’agissait aussi de construire la déchèterie, c’est à dire le local où seront stockés les sacs.
Nous avons creusé pour récupérer du sable. Ensuite, nous avons aidé à monter les murs en terre crue en pétrissant des boules de terre à la main. Nous avons aussi transporté les briques qui servaient à construire le bâtiment pour les piles.

Le deuxième chantier consistait à creuser des fondations pour la réalisation d’une fosse à serpents pour le musée de Kpotomé. Ces animaux étant à l’étroit à l’intérieur, cet aménagement était nécessaire. Damien et l’équipe CPN avaient déjà tracé l’allure de la fosse sur une quarantaine de mètres. Nous avons creusé une tranchée de 60 cm de profondeur sur 40 cm de large avec les outils suivants : pioches, machettes (pour les racines résistantes) et la douba. La terre fut évacuée par brouette.

En même temps, après avoir débroussaillé et nettoyé les abords de la piste, nous avons ramassé et brûlé des branches d’acacia préalablement coupées (très épineuses Aïe Aïe Aïe ! ) que nous avons répandues sur la piste afin d’éviter son érosion. Cette dernière a été restaurée et remblayée avant notre départ.

Vie quotidienne ( = tous les détails qui nous ont changé de notre vie quotidienne)

La nourriture

Nous avons eu l’occasion de gouter à plusieurs spécialités béninoises...
Mais nous avons aussi gouter à certains aliments et animaux qui pourraient dégoûter pas mal d’occidentaux. (Ex : larves, serpent, insectes, rats...)
La majorité du groupe n’a pas forcement aimé certaines spécialités tel que La Pâte.

JPEG - 24.9 ko

L’eau

N’étant pas potable pour notre organisme fragile, nous devions javelliser l’eau.
Cela prenait environ une heure avant qu’elle soit potable (mais de goût infect).

Douche

Nous devions nous doucher a l’aide de seaux d’eau, que nous allions chercher dans un puits.
Nous nous rincions ensuite avec des gobelets d’eau.

Vaisselle

Nous n’avions pas de lave vaisselle. Ils faisaient la vaisselle a la main.

Cuisine

La cuisine était préparer par les femmes. Nous mangions leurs spécialités mais aussi les produits de la chasse.
La cuisine était réaliser sur feu de bois.

Repos

Nous dormions dans une case créée, reconstruite juste avant notre arrivée.
C’était une bâtisse de bois avec un toit en paille dans laquelle nous pouvions dormir sur deux niveaux : au sol (sur le plancher) et sur une mezzanine.

Routes et transport

Nous nous sommes beaucoup déplacés dans la « bâchée » de CREDI ONG sur des chemins de terres et de sable, souvent dans un état désastreux (trous, bosses...).
Nous avons aussi roulé sur une route bétonnée entre la capitale économique et Zinvié...
Nous pouvions rouler avec les jeunes membres du club CPN... a trois sur une moto.

La ferme

Dans la ferme du Pantodon, nous avons découvert plusieurs productions :
Animale : chèvres, cochons, poules, canards, moutons, poissons, lapin..
Végétale : ananas, bananes, noix de coco, palmiers à huile, arbres à pain,

Et nous n’oublierons pas de sitôt les coqs qui nous réveillaient en chantant très tôt dans la nuit.

JPEG - 14.3 ko
JPEG - 22.9 ko